Le Loup et les Sept Chevreaux
Contes de frères Grimm. Adaptation par cdf.

Le Loup et les Sept Chevreaux

Lire

Écouter


Traduire
1
1

Enlever

LIRE

Temps de lecture : 5 minutes

Contes de frères Grimm. Adaptation par contesdefees.com.

Une chèvre avait sept petits qu’elle aimait et qu’elle protégeait soigneusement du loup. Un jour, alors qu’elle devait sortir chercher à manger, elle convoqua tout le monde et dit : « Chers enfants, je dois sortir chercher de la nourriture, protégez-vous du loup et ne le laissez pas entrer. Faites très attention, car il fait souvent semblant d’être gentil mais on le reconnaît à sa voix rauque et à ses pattes noires ; Ne lui ouvrez la porte en aucun cas, car il vous mangerait tous en une bouchée.”

 

 

Puis elle s’en alla, mais bientôt le loup arriva à la porte d’entrée et dit d’une voix faussée: “Chers enfants, ouvrez-moi, je suis votre mère et j’ai apporté de belles choses du marché. » Mais les sept chevreaux répondirent : « Tu n’es pas notre mère, elle a une belle et jolie voix, mais ta voix est rauque, tu es le loup, nous ne t’ouvrirons pas!”

Alors le loup alla au magasin et acheta un gros morceau de craie, qu’il mangea  pour affiner sa voix. Puis il retourna à la porte des sept biquets et cria d’une voix plus douce: « Chers enfants, laissez-moi entrer, je suis votre mère, je vous rapporte quelque chose à chacun de vous. » Mais il avait mis sa patte sur le bord de la fenêtre, et les chevreaux la virent et dirent : « Tu n’es pas notre mère, elle n’a pas de patte noire comme toi ; tu es le loup, nous ne t’ouvrirons pas.” Le loup furieux alla chez un boulanger et dit : ” Boulanger, enduit ma patte de pâte fraîche “, et quand cela fut fait, il alla chez le meunier et dit : « Meunier, enduits ma patte de ta farine blanche. » Le meunier protesta. – ” Si tu ne le fais pas, je te mangerai. ” Alors le meunier s’exécuta.

Puis le loup retourna à la porte d’entrée des sept Chevreaux et dit : “Chers enfants, laissez-moi entrer, je suis votre mère, je rapporte un cadeau pour chacun d’entre vous.” Les sept Chevreaux voulaient d’abord voir la patte, et comme ils virent qu’elle était blanche comme neige et entendirent le loup parler si doucement, ils crurent cette fois que c’était leur mère pour de bon et ouvrirent la porte, et le loup entra. Lorsqu’ils le reconnurent, ils se cachèrent au plus vite, l’un sous la table, le deuxième dans le lit, le troisième dans le four, le quatrième dans la cuisine, le cinquième dans l’armoire, le sixième sous un grand bol ; le septième dans l’horloge au mur. Mais le loup les trouva et les avala tous, à l’exception du plus jeune qui était dans l’horloge.

Bien rassasié, le Loup s’en alla, et peu après la maman chèvre revint à la maison. Quelle tristesse en voyant que le loup avait mangé ses chers enfants. Elle pensa qu’ils étaient tous morts et pleurait amèrement lorsque soudain, le plus jeune sauta de l’horloge murale et raconta comment tout s’était passé.

Pendant ce temps là, le loup qui avait trop mangé, alla dans un champs, se coucha au soleil et tomba dans un profond sommeil. La maman chèvre, en l’apercevant, se demanda si elle pouvait encore sauver ses enfants, et dit au plus jeune : « Prends du fil, une aiguille et des ciseaux et suis-moi. » Puis elle s’approcha du loup en train de ronfler : « Voilà le grand méchant loup bien endormi, dit-elle en le regardant de tous côtés, passe-moi vite les ciseaux. Le petit lui tendit les ciseaux et elle ouvrit le ventre du loup d’un coup.

Les six petits biquets sortirent indemnes car heureusement le loup les avaient avalé sans les croquer. Leur mère les embrassa en pleurant et leur dit d’aller tout de suite chercher de grosses et lourdes briques, avec lesquelles ils remplirent le ventre du loup, le recousirent et s’enfuirent se cacher derrière une haie.

Quand le loup se réveilla, il avait mal et il dit : «j’ai l’estomac bien lourd ». Il pensa que boire de l’eau lui ferait du bien, et ayant trouvé un puits, il se pencha pour boire.

Mais le poids des pierres était tel, qu’il l’entraîna vers l’avant et le méchant loup tomba au fonds du puits.

Lorsque les sept biquets et leur mère virent cela, il sautèrent de joie et dansèrent autour du puits.

 

 

30 Juil 2021 | 0 commentaires

FIN

AJOUTER AUX FAVORIS

Vous avez aimé ce conte? Ajoutez-le à vos favoris et donnez-lui un like en cliquant le coeur:

Tout savoir sur les Contes de Fées

Avec les clés de lecture

 

Lisez notre page expliquant l’utilité des Contes de Fées, au niveau intellectuel, émotionnels et des valeurs morales.

Comprendre ce que représente chaque archétype de personnage, bon ou mauvais. L’importance des objets, de la magie, des animaux, etc.

DEVENIR MEMBRE

AJOUTER À MES FAVORIS

NOUVEAUX CONTES ET FONCTIONNALITÉS INCLUES À VENIR

ENLEVER LA PUB

(ACCÈS SANS PUB OFFERT POUR LES 100 PREMIERS INSCRITS – APRÈS 1,99€)

D’AUTRES CONTES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRE: